Acheter une voiture à l’étranger : A quoi faut-il s’attendre ?

Les acheteurs de voitures neuves ou d’occasion ont de nombreuses raisons de se tourner vers l’étranger. Cela peut être une question d’imposition ou de choix, ou encore une simple opportunité de conclure votre propre transaction. Cependant, si l’Europe a tendance à abolir les frontières entre les personnes, il n’en est pas exactement de même pour le domaine administratif. Entre les mesures prises et les écueils évités, vous allez voir si acheter à l’étranger est synonyme de bonne transaction. Pourquoi y a-t-il un tel engouement pour les voitures d’occasion transfrontalières ? S’agit-il de la diversité des prix, de la maintenance et des devis ? Et le processus de gestion ne compliquera t-il pas l’achat ?

Quel est l’intérêt d’acquérir une voiture d’occasion à l’étranger ?

Le marché de l’occasion est une part très importante du marché automobile. Les ventes de voitures d’occasion sont le double de celles des voitures neuves. C’est très logique quand on sait que les produits d’occasion permettent de profiter de meilleurs prix que les neufs. Et vous n’êtes pas obligé d’acheter une voiture qui a été utilisée pendant plus de 5 ans, car tout modèle perdra de la valeur au bout de quelques années. Le marché français de la voiture d’occasion se porte bien, mais certains n’hésiteront pas à acheter des voitures d’occasion à l’étranger, plus précisément dans quelques pays voisins, notamment la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg et l’Espagne. En effet, ces pays peuvent offrir des prix plus attractifs pour certaines marques ou modèles haut de gamme et express drive peu utilisé en France. Parfois, la différence de prix pour une même voiture avec les mêmes caractéristiques peut être de nombreux milliers d’euros de moins. Par conséquent, l’achat transfrontalier de voitures d’occasion peut être particulièrement intéressant. D’autre part, vous devez passer un certain temps pour comprendre les procédures de gestion. Le site expressdriver.fr peut vous fournir de plus amples informations.

Comment effectuer le paiement à l’étranger ?

Lors d’achats groupés à l’étranger, de nombreux paramètres doivent être pris en compte dans la transaction elle-même. Premièrement, les frais bancaires ou de service ne doivent pas être trop élevés. Par exemple, si votre institution bancaire facture des frais de pourcentage, le transfert à l’étranger ou le retrait d’espèces dans le pays et la région concernée peut devenir coûteux. Bien entendu, le mode de paiement doit être fréquemment utilisé dans les pays et régions concernés, sinon le vendeur risque de refuser le paiement. Par conséquent, évitez d’utiliser les chèques de banque. Il est préférable, face à ces nombreuses restrictions, de balancer le pour et le contre et de prendre en compte le point de vue du droit européen sur cette question. N’hésitez surtout pas à lire votre comparatif des modes de paiement étrangers, vous comprendrez mieux celui qui vous convient. En ce qui concerne le paiement, le cash ou le virement assure la transaction. Il se peut qu’il ait un autre système que par la voie bancaire comme le transfert d’argent par le téléphone mobile.

Les procédures pour transporter la voiture en France

En achetant un véhicule à l’étranger, elle n’est pas immatriculée en France. En d’autres termes, vous ne pouvez pas le conduire, car vous ne pouvez pas l’assurer et obtenir une carte d’immatriculation. Pour le ramener en France, vous pouvez choisir deux solutions. Une solution consiste à demander des plaques d’immatriculation temporaires liées à une assurance temporaire. Il faut généralement de quelques jours à un mois pour rendre la voiture et réaliser les démarches administratives françaises utiles. Il s’agit d’un processus payant, mais dépasse rarement les 150 €. Une autre consiste à restituer le véhicule à l’adresse souhaitée via une entreprise dédiée. Une solution relativement coûteuse, mais si vous n’habitez pas près de la frontière ou si vous n’avez pas le temps de vous en occuper vous-même, cela peut être plus avantageux.

Immatriculer le véhicule étranger une fois en France

Pour voyager en France, la voiture doit être assurée et immatriculée. Lors de l’achat d’une voiture à l’étranger, il existe deux scénarios possibles : un véhicule acheté dans un pays de l’UE ou une voiture achetée en dehors de l’UE. Quel que soit le cas, vous disposez d’un mois pour immatriculer le véhicule après l’achat. Retour aux 846 A, un certificat de dédouanement, il prouve que vous avez payé les droits de douane et la taxe sur la valeur ajoutée. Il a été obtenu du centre des douanes. Si vous achetez une voiture dans un pays non-membre de l’UE ayant conclu un accord avec la France, la réduction ou l’exonération tarifaire sera même nulle. En revanche, si le pays n’a pas d’accord particulier, le tarif attendu équivaut à 10 % de la valeur de la voiture. En France, les internautes recherchent « voiture d’occasion Allemagne » sur Google 40 000 fois par mois, et même « voiture d’occasion Belgique » 30 000 fois.

Choisir le bon système d’autoradio GPS
Choisir son 4×4 : comment bien s’y prendre ?